Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/06/2012

La déclaration finale

Vendredi soir, au Rio Centro. C’est le dernier jour du Sommet de la Terre, et il est temps de faire un bilan du résultat obtenu. Qu’est-ce qui est ressorti de cette conférence, à laquelle tant de politiciens, ONGs, syndicats, entreprises, personnes du monde académiques ont participé? Les efforts en valaient-ils la peine?

Quiconque a suivi ce blog sait déjà que le résultat ne répond pas aux attentes du WWF. La Déclaration de Rio intitulée « L'avenir que nous voulons », qui sera bientôt officiellement approuvée, est un texte de compromis sans ambition. La volonté politique nécessaire d’aller au-delà du minimum à Rio a été complètement absente.

Les enfants s’inquiètent

Et pourtant, il y a beaucoup en jeu. L'urgence d’agir (souvent négligée et noyée dans de longues heures de négociations sur un texte), a été douloureusement mise en évidence cet après-midi lors d’un événement parallèle à la conférence sur les financements innovants pour le développement durable. Le ministre fédéral Paul Magnette a été l'un des intervenants, et il a plaidé fortement en faveur de l'introduction d'une taxe sur les transactions financières, pour laquelle la Belgique et quelques 40 autres pays se sont déjà engagés. Il est regrettable qu'une décision claire sur cette taxe ne se retrouve pas dans la Déclaration de Rio.

Ce que je voulais vous raconter, cependant, c’était ceci : avant que l’événement ne commence, deux enfants sont montés sur le podium. Ils appartenaient tous deux à des peuples autochtones, d’Asie et des États-Unis. Avec beaucoup d’émotion, ils ont appelé à ce que la terre qu’ils occupent et dont ils dépendent ne soit pas détruite et gaspillée. Le président d'Oxfam International, également un orateur, a dit à juste titre que cette démonstration du souci que les enfants se font pour leur avenir nous ramenait à la réalité et nous forçait à regarder les choses en face.

photo blog 9.jpg

© WWF-Brazil / Juvenal Pereira

Des visionnaires

Alors, Rio +20 a-t-il été un échec complet et de telles conférences devraient-elles ne plus exister ? Je ne crois pas. Parce que des discussions multilatérales entre les pays sur les problèmes et les défis auxquels nous faisons tous face restent importantes. Et parce que pendant ces dix jours, on a vu qu'il existait encore des gens visionnaires, dans l'industrie, dans les villes et les municipalités, et dans certains pays. Il est donc important de travailler avec ces personnes pour initier les changements nécessaires qui feront que nous pourrons laisser une planète vivante aux générations futures.

Pour moi personnellement, le résultat officiel est évidemment très décevant, mais c’était extrêmement intéressant de vivre cette conférence de l’intérieur et de faire partie d'une équipe dynamique avec des collègues provenant du monde entier. La coopération avec les gens de la délégation belge et d'autres représentants de la société civile était également très bonne.

Quelques lumières dans la nuit

Heureusement, en dehors de la partie officielle de Rio (la Déclaration), un certain nombre d'engagements ont été pris, comme celle des huit plus grandes banques du monde qui ont accepté d'investir 175 milliards en transports en commun et en pistes cyclables. Ou le gouvernement britannique qui est le premier à imposer à ses grandes entreprises de mesurer et de publier leur empreinte carbone. Ou encore le Mozambique qui a établi un plan pour développer une économie verte. Ils vont donc travailler au développement vert de leurs villes, de leur agriculture et de leur énergie. Ils feront également un plan visant à mieux protéger leurs ressources naturelles, y compris leurs zones marines au large de leur côte.

Maintenant, après l'interminable liste des discours officiels des divers pays, la session finale de la conférence va commencer. On ne s'attend plus à une révolution, la Déclaration va être approuvée. Le travail essentiel sera pour demain, avec tous les segments de la société, pour faire en sorte que «l’avenir que nous voulons» devienne une réalité, que le monde politique s’y engage ou pas.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.