Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/06/2012

Agir nous-mêmes

Jeudi midi, au Riocentro, nous sommes le deuxième jour du segment ministériel de la conférence de Rio qui se terminera demain. Depuis l’arrivée des chefs d’État ou de gouvernement, c’est la folie ici. C’est quand même une situation étrange : alors que d’habitude, pendant ce genre de conférences, on négocie jusqu’aux petites heures pour parvenir à un accord, ici tout était déjà conclu alors que les ministres n'étaient même pas encore arrivés. En tout cas, chapeau aux techniques de négociation des Brésiliens, ils ont réussi un forcing impressionnant pour obtenir l'accord. 

Que font les ministres ?

Mais que viennent faire les ministres ici, alors ? Vont-ils prendre leurs responsabilités et veiller à ce que la déclaration de Rio reflète la vision et l'ambition nécessaires pour mener le monde vers un futur plus durable ? C’est la grande question que se pose le WWF. Et même si nous savons que ce n’est pas évident, nous continuerons à mettre les politiques devant leurs responsabilités. Certains membres du WWF ont pris part à une manifestation dans le cadre du People’s Summit, le « sommet du peuple » alternatif qui se déroule en même temps à Rio afin d'appuyer le message.

De quoi déprimer… Heureusement, le courriel envoyé par Stijn, l’un de mes collègues à Bruxelles, me remonte un peu moral. Il m’a envoyé la chanson « We doen het zelf wel » de Radio Oorwoud, chantée par Stijn Meuris. Ca m'a regonflé à bloc ! Radio Oorwoud est un projet éducatif du WWF qui propose un CD plein de chouettes chansons sur la nature et les animaux, sur l'environnement, etc. De fait, nous devons agir nous-mêmes, nous ne pouvons pas placer tous nos espoirs dans des négociations comme celles de Rio. Chaque jour, de nombreux individus, mais aussi des autorités, entreprises, villes et communes prouvent qu’ils sont sérieux dans leur volonté de transition et qu’ils sont prêts à se retrousser les manches.

Rio+20


L’Europe est isolée

L’Europe elle aussi ne peut plus compter que sur elle-même. Il apparaît clairement que l’UE a essayé, sans succès, de mettre des objectifs plus ambitieux sur la table. Les autres groupes de pays, le G77, la Chine et les États-Unis en tête, n’étaient pas demandeurs, et l’UE s’est donc retrouvée complètement isolée à un moment des négociations. L’une des raisons de cette situation est certainement le fait que l'Union européenne, à l'image de la plupart des autres pays de l'OCDE, n’assume pas sérieusement ses émissions anciennes et actuelles de gaz à effet de serre. L’UE reste fermement accrochée à ses objectifs de 20 %, alors qu’il est clair qu’une réduction interne de 30 % est le strict minimum pour maintenir le réchauffement climatique sous le seuil dangereux des 2°C. Les pays en développement avaient d’ailleurs émis de lourdes critiques à cet égard à Rio alors qu’on leur demandait d’assumer leur part de l’effort nécessaire pour résoudre les problèmes environnementaux.

Un autre élément ayant contribué par exemple à la discussion sur la suppression des subventions pour les carburants fossiles est la position très vulnérable de l’UE dans son argumentation en faveur de cette suppression. En effet, elle n’a pas pu donner de réponse satisfaisante à la question de savoir pourquoi elle désirait supprimer ce soutien uniquement et non les autres subventions européennes importantes à l’agriculture et à la pêche non durables. Si ces dernières ne sont pas supprimées ou reportées au profit du soutien de pratiques agricoles durables, l’UE ne réussira jamais à respecter ses engagements négociés à Nagoya (où a eu lieu le dernier sommet sur la biodiversité) en faveur de la protection de la biodiversité. Rien d’étonnant dès lors à ce que le paragraphe sur la suppression des subventions pour les carburants fossiles ait été fortement modéré dans le texte actuel.

Charité bien ordonnée…

Dès le lendemain de la conférence Rio+20, l’Union européenne devra œuvrer en toute urgence aux réformes nécessaires à la politique agricole et la politique de la pêche européennes. Tant que l’UE ne prendra pas les mesures pour rendre sa propre politique et son économie plus vertes, elle continuera à éprouver des difficultés à être considérée comme un acteur crédible au niveau mondial.

Donc merci à l’UE (et à la Belgique) pour vos points de vue progressistes à Rio, mais mettons-nous maintenant au travail pour notre propre politique interne : c'est à nous d'agir !


Les commentaires sont fermés.