Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2012

Au Brésil de jouer!

Vendredi soir, 22h. Les trois jours du “Prepcom” (la réunion de préparation du texte final de Rio+20) sont derrière nous. C’étaient des journées chaotiques et on ne peut pas dire qu’il y ait de bons résultats jusqu’à présent. On a démarré avec un texte de plus de cents paragraphes, dont seulement un cinquième était validé et durant ce “Prepcom”, peu de progrès ont été accomplis sur le texte.  Plus inquiétant encore, il subsiste des différences majeures entre les différentes parties à la négociation sur de nombreux points fondamentaux.

Controverse(s) sur l’économie verte

Un des points à l'ordre du jour, qui génère beaucoup de controverse dans les négociations, c’est l'économie verte. De nombreux pays en développement craignent que le discours sur l'économie verte ne remplace celui sur le développement durable, tandis que d’autres – parmi lesquels les économies émergentes mais aussi les États-Unis et le Canada –  voient cette économie verte comme un obstacle à leur développement économique.

La nuit dernière, le G77 (le groupe des pays en développement) et la Chine ont paralysé les discussions sur l'économie verte en invoquant le fait qu’ils voulaient d’abord des progrès suffisants sur des dossiers comme le financement, le transfert de technologies, etc.

La discussion de fond sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) –  que beaucoup considèrent comme pouvant être un résultat concret de Rio+20 – a aussi été éclipsée par le débat sur ​​le financement de ces ODD.  Le G77 et la Chine ont en effet lancé une proposition d’établir un fonds pour le développement durable.

 

photo blog 3.JPG

Football et négociations

A présent le Brésil qui, en tant qu’hôte de la conférence,ne peut pas se permettre un échec, doit prendre les choses en main pour parvenir àun accord significatif avant le début du Sommet de la Terre qui rassemblera les leaders des gouvernements du 20 au 22 juin. Lasse Gustavson, chef de la délégation WWF ici à Rio, a déclaré à cet égard que"les Brésiliens vont devoir négocier aussi bien qu'ils jouent au football."

Mais la société civile, représentée dans ce qu’on appelle les "major groups", s’occupe de tenter d’influencer les négociations de nombreuses manières.  Au WWF, nous avons également une équipe solide, et il est très stimulant et motivant d’en faire partie ! Nous allons donc continuer à travailler pour que « The Future We Want » (titre prévu pour la Déclaration de Rio+20) devienne une réalité.

 

Les commentaires sont fermés.